Posts Tagged Journée internationale de la femme

International Women’s Day 2019 – #BalanceforBetter / Journée internationale des femmes 2019 – #BalanceforBetter

International Women’s Day 2019 – #BalanceforBetter

iwd banner image

We come together again this year to celebrate International Women’s Day with the theme of “Better the Balance, Better the World.” This is a call-to-action for a gender-balanced world. Women in many countries have come a long way, yet there is still a lot of work to be done in Canada and around the world.

Gender imbalance is not just a challenge for women, it’s a business and economic issue. The PEI Coalition for Women in Government reports, “National and international research on corporate boards confirms it: increased gender balance and diversity on boards results in better financial performance.” The Coalition summarizes studies that clearly show, “When a board achieves gender parity, women and men tend to work more collaboratively, generate more creative ideas, draw from multiple perspectives, and devise robust solutions to problems.” We need gender balance in our boardrooms, our governments, in media, in sports, and many other sectors. Gender balance is essential for communities and economies to grow.

Economic effects are also personal. Earnings and income levels affect equality, and women’s incomes remain unfairly out of balance. The Canadian Women’s Foundation tells us that as of 2016, more than 1.9 million women lived on a low income. Shockingly, a third of women in the workforce make less than $15 per hour. Women are more likely than men to experience poverty. A 2018 study by Angus Reid indicated that 16% of Canadians could be categorized as “struggling” economically. This means that they face ongoing difficulty covering expenses for basics including food, utilities, winter clothing, housing, and dental care, and may have to use services including “pay day loans” and food banks to get by. Of Canadians in the “struggling” category, 60% are women. And women who are Indigenous, disabled, racialized, new immigrants, and gender and sexuality minorities are additionally disadvantaged.

Another area in need of balance is caregiving. Women still carry most of the load of caregiving to children, seniors, and people with disabilities, and a lot of the work is unpaid. A more gender-balanced world would better support caregivers, to help women with the burden of care for families and communities, and also support men to take a larger role.

In order to reach gender balance, we must learn to work together to bring about the changes that are needed, not only on a world-based platform but right here in our own little province. That means keeping gender on the radar, challenging stereotypes, and recognizing that gender identities and roles can be fluid. It also means equality for all women in all places. We are responsible to achieve the highest level of equality we can in our province and our country, and to contribute to the empowerment of all women worldwide.

A more gender-balanced future is possible. Together we can build a gender-balanced world. As we enter an exciting period of history where everyone expects equal access and participation, we notice its absence and celebrate its presence. Today, on International Women’s Day, let us celebrate our successes as women, and let us also use our power to raise the voices of those around us to become aware of the importance of a gender-balanced world for everyone. And work for better.

Yvonne Deagle is the Chairperson of the PEI Advisory Council on the Status of Women.  

2

 _______________________________________

Journée internationale des femmes 2019 – #BalanceforBetter

iwd banner image

Comme tous les ans, nous nous rassemblons pour célébrer la Journée internationale des femmes, cette fois sous le thème Better the Balance, Better the World / Juste équilibre, juste monde. C’est un appel à l’action pour créer un monde où il y a un juste équilibre entre les sexes. Les femmes ont fait d’énormes progrès dans de nombreux pays, mais il reste encore beaucoup à faire au Canada et dans le reste du monde.

Non seulement un défi pour les femmes, le déséquilibre des sexes est un problème économique et commercial. Comme le rapporte la PEI Coalition for Women in Government, « Les recherches nationales et internationales sur les conseils d’administration le confirment : l’accroissement de la diversité et de l’équilibre entre les sexes au sein des conseils d’administration donne lieu à un meilleur rendement financier. » Selon la Coalition, ces études démontrent clairement que « lorsqu’un conseil réalise la parité des sexes, les femmes et les hommes ont tendance à mieux travailler ensemble, à générer des idées plus créatives, à tenir compte de multiples perspectives et à trouver des solutions robustes aux problèmes. » Si nous voulons faire croître l’économie et nos communautés, nous devons atteindre l’équilibre entre les sexes dans nos salles de réunions, nos gouvernements, les médias, les sports et de nombreux autres secteurs.

Les répercussions économiques se font également sentir sur le plan personnel. L’égalité dépend aussi des revenus, et ceux des femmes restent injustement déséquilibrés. Selon la Fondation canadienne des femmes, plus de 1,9 million de femmes vivaient d’un faible revenu en 2016. Plus frappant encore : un tiers des femmes au travail gagnent moins de 15 $ l’heure. Les femmes sont plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les hommes. En 2018, une étude menée par Angus Reid révélait que 16 % de la population canadienne était aux prises avec des difficultés économiques. Ces gens ont des difficultés continues à couvrir les dépenses engendrées par les besoins de base, comme la nourriture, les services publics, les vêtements d’hiver, le logement et les soins dentaires. Ils doivent parfois faire appel aux banques alimentaires ou à des services de prêt sur salaire. Selon l’étude, les femmes composent 60 % de cette catégorie. Soulignons aussi le fait que les femmes autochtones, handicapées, immigrantes ou faisant partie d’une minorité de race, de genre ou de sexualité sont encore plus démunies.

L’équilibre doit aussi être établi dans la prestation de soins. Les femmes font toujours le gros du boulot pour prendre soin des enfants, des aînés et des personnes handicapées, tâche qui est souvent non rémunérée. Un monde équilibré saurait mieux appuyer les personnes soignantes, alléger le poids familial et communautaire qui pèse sur les femmes et aider les hommes à jouer un rôle plus important dans ce domaine.

Afin de parvenir à l’équilibre entre les sexes, nous devons d’abord apprendre à travailler ensemble pour mettre en œuvre les changements qui s’imposent, non seulement à l’échelle du monde mais aussi ici, dans notre petite province. Pour ce faire, les sexes doivent rester d’actualité; il faut renverser les stéréotypes et reconnaître que les identités et les rôles liés au genre ne sont pas figés. Par « équilibre », on entend l’égalité de toutes les femmes dans toutes les régions. Nous avons la responsabilité de viser le plus haut niveau d’égalité qui soit, dans notre province et dans notre pays, et de contribuer à l’émancipation des femmes dans le monde entier.

Ensemble, il est tout à fait possible de fonder un avenir sur l’équilibre entre hommes et femmes. Nous avançons dans une période passionnante de l’histoire où nous privilégions tous et toutes l’égalité d’accès et de participation. Tâchons de remarquer son absence et de célébrer sa présence. Aujourd’hui, en cette Journée internationale des femmes, célébrons les succès des femmes et utilisons notre pouvoir pour faire valoir les voix de celles qui nous entourent pour sensibiliser le monde à l’importance de l’équilibre entre les sexes. Travaillons envers un juste équilibre et envers un juste monde.

Yvonne Deagle est la présidente du Conseil consultatif sur la situation de la femme de l’Î.-P.-É.

2

Leave a Comment

IWD 2017: Be Bold for Change/Journée internationale des femmes : Osez le changement

IWD logo 2017March is here, spring is around the corner, and on March 8th we celebrate one of my favourite days of the year: International Women’s Day!

This year the theme for IWD is Be Bold for Change. The term bold can be defined as “showing an ability to take risks; confident and courageous; fearless before danger; intrepid.” Alternatively, as girls we could have heard the term bold applied to us when we talked back to our parents: “Don’t be so bold, young lady! Now go to your room!” In this case bold means “impudent or presumptuous.” We may have gotten the message that being bold was not acceptable behaviour for girls.

Canada has a history of bold women. Against much opposition, women suffragists lobbied, protested and demonstrated for many years for women’s right to vote in Canada. In 1917, the first federal votes were granted to women who were in the military or who had relatives in the military. In the provinces and territories, voting rights were won province by province, often beginning with smaller groups of women (such as white women or landowners), with Quebec the last to achieve women’s suffrage in 1940. Canada’s Indigenous women were excluded from both federal and provincial suffrage efforts, and finally gained the right to vote in 1960.

The Famous Five activist women from Alberta took on a bold campaign in 1927 to petition to have women declared “persons” under the law so that they were eligible to be appointed to the Senate. The Canadian Supreme Court turned down the application. Undaunted, the Famous Five took the case to the British Judicial Privy Council and the Canadian ruling was overturned in 1929. Women are legally persons in our country due to the work of the Famous Five bold women.

In recent years our Indigenous sisters and their allies have shown courage and fearlessness in the demand for an Inquiry into the Missing and Murdered Indigenous Women and Girls in Canada. Last year the Inquiry was finally begun by the federal government, and we all wait for answers to the tragedy of the missing and murdered women and girls and for the families of missing and murdered women to have the support they need through this grim process.

In Prince Edward Island, groups of bold women lobbied, marched and pressured the government for three decades to make abortion care available again in our province. At the end of 2016, the provincial government established the Women’s Wellness Program at the Prince County Hospital to provide sexual and reproductive health services, including pregnancy termination, for Island women and people of all genders.

We have made much progress towards equality for women. So why do we still need to be bold for change?  Because women in Canada only earned 74 cents for every dollar earned by men in 2014. Because women still bear the burden of more caregiving responsibilities for both younger and older generations. Because women in Canada continue to be victims of gender violence. Because women are not represented equally in our municipal, provincial, or federal governing bodies. Because we can see from our neighbour country to the south that rights can also be lost, as well as gained.

Let us all celebrate our achievements for women’s equality on International Women’s Day! And let us remember to continue to be bold, fearless, courageous, intrepid, take risks, and maybe even be impudent. Don’t worry women and girls – if you are sent to your room, there will be bold women behind you, banging down the door!

Mari Basiletti is the Chairperson of the PEI Advisory Council on the Status of Women.

____________________________________

IWD logo 2017Le mois de mars est arrivé, et le printemps est à nos portes. Le 8 mars, nous célébrons une de mes journées préférées de l’année : la Journée internationale des femmes!

Le thème choisi en 2017 est Osez le changement. Le verbe oser signifie « avoir le courage, l’audace de faire quelque chose, prendre des risques, être intrépide, ne pas craindre le danger ». Mais il peut avoir un autre sens. Par exemple, après avoir riposté à leurs parents lorsqu’elles étaient jeunes, certaines femmes ont peut-être entendu une phrase du genre : « Comment oses-tu me parler ainsi, jeune fille! Va dans ta chambre! » En pareil contexte, oser est plutôt synonyme d’impudence et d’effronterie. Et le message alors transmis, c’est qu’oser n’était guère un comportement acceptable pour les filles.

Bien des femmes audacieuses ont osé marquer l’histoire canadienne. Bravant les obstacles, les suffragettes ont exercé des pressions, protesté et manifesté pendant de nombreuses années pour obtenir le droit de vote des femmes au Canada. En 1917, le gouvernement fédéral accorde le droit de vote à certaines femmes, notamment celles qui sont dans l’armée ou qui ont des proches enrôlés. Dans les provinces et les territoires, cependant, le droit de vote a été obtenu progressivement, d’abord pour des groupes restreints (femmes propriétaires ou blanches). Le Québec sera la dernière province à accorder le droit de vote, en 1940. Exclues des campagnes fédérales et provinciales, les femmes autochtones n’auront le droit de vote à leur tour qu’en 1960.

En 1927, cinq militantes de l’Alberta, surnommées les « Célèbres cinq », revendiquent la reconnaissance des femmes comme des « personnes » sur le plan légal, aptes à être nommées au Sénat. Confrontées au refus de la Cour suprême du Canada, les cinq femmes téméraires portent la cause en appel devant le comité judiciaire du Conseil privé britannique. Elles obtiennent gain de cause en 1929. Les femmes sont alors considérées légalement comme des « personnes » au Canada grâce aux vaillants efforts des « Célèbres cinq » qui ont osé défier l’ordre établi.

Plus récemment, nos consœurs autochtones et leurs alliés ont fait preuve de courage et d’audace en exigeant la tenue d’une commission d’enquête sur les disparitions et les assassinats de femmes et de filles autochtones au Canada. Le gouvernement fédéral a finalement amorcé l’enquête l’an dernier, et nous attendons, tous et toutes, les résultats pour trouver des réponses à cette tragédie. Outre ces réponses, les familles des victimes attendent le soutien nécessaire pour se remettre du deuil.

À l’Île-du-Prince-Édouard, pendant trente ans, des groupes de femmes ont fait pression sur le gouvernement pour que les soins abortifs soient à nouveau offerts dans notre province. À la fin de 2016, le gouvernement provincial a créé le Programme de mieux-être féminin à l’hôpital du comté de Prince. Ce programme vise à fournir des services de santé sexuelle et reproductive, y compris l’interruption de grossesse, aux femmes de l’Île et aux personnes de tous les genres.

Nous avons donc accompli des progrès considérables vers l’égalité des femmes. Mais pourquoi donc devons-nous encore oser le changement? Parce que pour chaque dollar gagné par les hommes en 2014, les femmes ne gagnent que 74 sous. Parce que le fardeau des responsabilités familiales à l’égard des générations jeunes ou vieillissantes retombe principalement sur les femmes. Parce que les femmes au Canada continuent d’être des victimes de la violence sexiste. Parce que les femmes ne sont pas représentées équitablement dans les organismes municipaux, provinciaux et fédéraux qui nous régissent. Parce qu’à en juger par la situation chez notre voisin du Sud, les droits ne sont pas acquis et peuvent être retirés.

Célébrons ensemble nos réussites pour l’égalité des femmes lors de la Journée internationale des femmes! Et souvenons-nous de continuer à oser, à faire preuve de courage, à être intrépides, à prendre des risques, voire à pousser l’impudence. Avis aux jeunes filles et aux femmes : si l’on vous met au coin ou qu’on vous en bouche un coin pour avoir osé dans le bon sens, sachez que vous avez l’appui d’autres femmes qui oseront frapper à toutes les portes!

Mari Basiletti est présidente du Conseil consultatif sur la situation de la femme de l’Île-du-Prince-Édouard.

Leave a Comment

Gender Parity and Gender Equality for IWD 2016 / Journée internationale des femmes 2016 : parité hommes-femmes et égalité des sexes

Gender Parity and Gender Equality for IWD 2016

Celebrated each March 8, International Women’s Day (IWD) began in 1909, with women organizing in the labour movement.Women’s activism for their rights spread throughout the last century, and in 1977, the United Nations proclaimed IWD imagesworldwide to encourage women’s rights and international peace. The UN’s annual IWD theme for 2016 is “Planet 50-50 by 2030: Step It Up for Gender Equality,” calling on governments to commit to engaging and supporting women and girls to reach their full potential and full participation locally, nationally, and internationally. The importance of this campaign was made clear by the World Economic Forum, which has found that under current conditions, economic gender equality will take until 2133 to achieve.

On PEI, we must maximize the cultural, political, social, and economic participation of people of all genders. Numerous studies have shown that gender equality is linked to economic growth, increased productivity, and better socio-political performance. It only makes sense – if we are not fully engaging 50% of our population, how can a country perform to 100%? We need everyone’s voices, experiences, and energies to make Canada, PEI, and countries around the world great.IWD

Gender parity in government was illustrated in Prime Minister Trudeau’s fulfilled promise to have an equal number of men and women in his Cabinet. On PEI, Premier MacLauchlan demonstrated leadership by clearly mandating Minister Responsible for the Status of Women Paula Biggar to “work across all Government to advance equality and opportunity for women in policies and programs.”

One of the PEI Advisory Council on the Status of Women’s activities is the Equality Report Card. The Report Card is a tool to assess our Province’s progress towards women’s equality goals on PEI. Since 2013, PEI has done very well to increase the number of women appointed to agencies, boards, and commissions. Over the last few years, women have gone from 37% to 45% of appointments. Women are also increasingly being appointed as chairs and vice-chairs – 48% of appointments between 2013 and 2015, up from the previous high of 27%. These are significant accomplishments and show PEI’s commitment to gender parity in decision-making.

The PEI government has also shown leadership by developing a statistical profile of PEI women. Tracking statistical differences between genders is important in order for inequalities to be recognized and addressed and to ensure gender is a consideration in decision-making.

As our Governments work on gender parity, what can Islanders do? Take advantage of Status of Women Canada’s IWD theme, “you are empowerment,” to honour a woman who inspires you. Read the 2015 Equality Report Card. Promote leadership in women and girls. Encourage gender parity on boards and other decision-making bodies. Consider ways to make your organization or group more welcoming to all genders. Let businesses, governments, and organizations know that you value gender parity. And finally, apply to join a PEI government board, agency, or commission through Engage PEI. We need diverse Island voices to achieve gender parity and true diversity in decision-making: http://www.gov.pe.ca/engagepei.
Happy International Women’s Day!

Kelly Robinson
Kelly Robinson recently completed her term as Chairperson of the PEI Advisory Council on the Status of Women

Journée internationale des femmes 2016 : parité hommes-femmes et égalité des sexes

Célébrée le 8 mars chaque année, la Journée internationale des femmes a commencé en 1909, au moment où les femmes s’organisaient dans le mouvement ouvrier. La luttimagese des femmes pour leurs droits s’est étendue tout au long du dernier siècle, et en 1977, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a proclamé la Journée internationale de la femme pour promouvoir les droits de la femme et la paix internationale. Le thème choisi par l’ONU pour l’édition 2016 de la Journée internationale de la femme est «?Planète 50-50 : Franchissons le pas pour l’égalité des sexes?», et est un appel aux gouvernements pour qu’ils prennent des engagements afin d’aider les femmes et les filles à atteindre leur plein potentiel et à participer pleinement à la société à l’échelle locale, nationale et internationale. L’importance de cette campagne a été confirmée par le Forum économique mondial : selon le Forum, si l’on se fie à la situation actuelle, l’égalité de sexes sur le plan économique ne sera atteinte qu’en 2133.

À l’Île-du-Prince-Édouard, il faut faire en sorte que tous les Insulaires, peu importe leur sexe, puissent participer au maximum à la société sur les plans culturel, politique, social et économique. Plusieurs études démontrent que l’égalité des sexes contribue à la croissance économique, à une productivité accrue et à des conditions sociopolitiques améliorées. C’est logique : si 50 % de la population ne participe pas pleinement à la société, comment un pays peut atteindre son plein potentiel? Il faut la voix, les expériences et les efforts de tous pour que le Canada, l’Île-du-Prince-Édouard et les pays partout dans le monde fleurissent réellement.

La parité hommes-femmes au sein du gouvernement fédéral a été atteinte lorsque le premier ministre Trudeau a rempli une de ses promesses en nommant un nombre IWDégal de femmes et d’hommes au sein de son cabinet. À l’Île-du-Prince-Édouard, le premier ministre MacLauchlan a fait preuve de leadership en donnant de façon claire à la ministre responsable de la situation de la femme, Mme Paula Biggar, le mandat de travailler au sein de l’ensemble du gouvernement pour promouvoir l’égalité des femmes et les possibilités qui s’offrent à elles dans les politiques et les programmes.

L’une des initiatives du Conseil consultatif sur la situation de la femme de l’Île-du-Prince-Édouard est la Fiche de rendement sur l’égalité. La Fiche de rendement est un outil qui permet d’évaluer les progrès de la province pour ce qui est des objectifs en matière d’égalité des femmes. Depuis 2013, l’Île-du-Prince-Édouard a réussi à augmenter considérablement le nombre de femmes nommées à des organismes, conseils et commissions. Au cours des dernières années, la part de sièges attribués à des femmes est passée de 37 % à 45 %. Les femmes sont également de plus en plus nommées à la présidence ou à la vice-présidence – 48 % des nominations de 2013 à 2015; le sommet était auparavant 27 %. Il s’agit de réalisations considérables qui démontrent les efforts de l’Île-du-Prince-Édouard en matière de parité hommes-femmes dans les organismes décisionnaires.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a également fait preuve de leadership en créant un profil statistique des femmes de la province. Cerner les différences entre les sexes sur le plan statistique contribue à ce que les inégalités soient reconnues et à ce que des mesures soient prises pour les éliminer, et aussi à ce que la prise de décision comprenne une analyse comparative entre les sexes.

Pendant que les gouvernements travaillent à l’atteinte de la parité hommes-femmes, que peuvent faire les Insulaires? Profitez du thème de Condition féminine Canada pour la Journée internationale des femmes, «?Outillées pour l’égalité?», et honorez une femme qui vous inspire. Lisez la Fiche de rendement sur l’égalité 2015. Faites la promotion du leadership chez les femmes et les filles. Encouragez la parité hommes-femmes au sein des conseils et des autres organismes décisionnaires. Trouvez des façons de rendre votre organisme ou groupe plus ouvert à tous. Dites aux entreprises, aux gouvernements et aux organismes que la parité hommes-femmes est importante pour vous. Posez votre candidature pour un poste au sein d’un organisme, d’un conseil ou d’une commission du gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard par l’entremise de Contribuons à l’Î. P. É. (http://www.gov.pe.ca/engagepei). Pour atteindre la parité hommes-femmes et une réelle diversité dans les organismes décisionnaires, il faut des voix variées. Joyeuse Journée internationale des femmes!

Kelly Robinson
Kelly Robinson a récemment terminé son mandat en tant que présidente du Conseil consultatif sur la situation de la femme de l’Île-du-Prince-Édouard.

Comments (1)